Mon sentiment d’appartenance à l'Unité Domrémy

« Le sentiment d'appartenance, c'est sentir que je fais partie d'un groupe, que j’y ai ma place »


La solidarité et le sentiment d'appartenance illustré.

Une identification personnelle


Développer un sentiment d’appartenance à un groupe comme Domrémy par exemple, se construit peu à peu. L'appartenance n'est pas le fait de se trouver avec ou dans un groupe puisqu'on peut s'y trouver sans le vouloir. Le sentiment d’appartenance implique une identification personnelle au groupe, des attaches affectives, l'adoption de ses valeurs, de ses normes, de ses habitudes, le sentiment de solidarité avec ceux qui en font aussi partie, leur considération sympathique.


Comment le développer ? Par le partage avec d'autres d'une même réalité, de mêmes valeurs ou de mêmes objectifs. Aussi, en prenant sa place graduellement au sein du groupe.


À quoi sert le sentiment d’appartenance ? Il aide à forger son identité, tant individuelle que collective. Il donne envie de donner le meilleur de soi-même et de se sentir fier de faire partie de ce groupe. Il peut aussi nous donner envie de nous impliquer davantage. Comme d’y faire du bénévolat, par exemple.


Comment sait-on que son appartenance à un groupe est fort ? Je sens que j'ai ma place dans le groupe. Que chaque personne du groupe est importante. Et moi aussi. Que je suis considérée, que ma parole, mon opinion comptent. Qu’on s’intéresse à moi. Que ma présence apporte quelque chose à cette communauté humaine. Que ce que je pense ou ce que j’apporte est apprécié. En résumé, c’est sentir le groupe dans lequel on se trouve et se sentir soi-même dans ce groupe.



Des personnes solidaires et qui font partie d'un groupe touchent un tronc d'arbre.

À la base, pour que le sentiment d'appartenance se développe, il doit d'abord y avoir présence de contacts réguliers entre les personnes au sein de l’organisme de façon à créer des liens, à apprendre à faire confiance à la communauté, à s’y sentir en sécurité. À travers ces contacts, les gens partagent une même réalité, des valeurs communes et parfois aussi des objectifs semblables. Le groupe (la communauté) devient alors un ancrage, un lieu d’appartenance.


Quels sont les obstacles au développement du sentiment d’appartenance ? La timidité, la peur du jugement, la peur d’être déçu, la peur d’être rejeté ou la peur de se sentir différent et de ne pas y trouver une place. SA place. Voilà autant de peurs personnelles qui peuvent freiner le développement de son sentiment d’appartenance et l’engagement dans son milieu. Les personnes qui dirigent le groupe jouent un rôle important. Elles peuvent par leur accueil et attitude encourager le sentiment d’appartenance ou y faire obstacle.


Servir sa communauté


Le fait de se sentir bien ou chez soi au sein d’un groupe, le fait de se sentir utile au groupe et solidaire des autres constituent des indicateurs du sentiment d'appartenance. Plus une personne a un fort sentiment d'appartenance à un groupe, plus elle a tendance à adopter les valeurs et les règles de conduite de ce groupe et plus son désir de s’y impliquer grandit, car elle croit qu’ensemble nous pouvons construire, créer, faire des projets qui puissent lui servir et servir SA communauté humaine.



25 vues0 commentaire